Hanna Holling

The Contingencies of Care: On the Conservation of Video and Media Installations

Thinking about artworks can never be divorced from materiality. Unlike traditional works of art, many works of art created since the 1960s in general, and video installations in particular, exemplify how their materiality is changeable, that is, temporal and relational. This talk will offer an insight into the material and conceptual entanglements of several of Nam June Paik’s video installations to argue that change in these works must be seen as a positive value and something that defines these works’ identity. Here, conservation offers a particularly interesting point of entry to the world of changeable artworks. Through its lens, looking becomes seeing, and the work, an active matter. Conservation, however, is anything but neutral. The activities meant to prolong an artwork’s life into the future also affect its identity. Any attempt to perpetuate an artwork also irrevocably changes it, and any conservation decision is contingent on the ruling values, cultures, beliefs and the political, economic and social conditions of its time. In other words, it could just as well be otherwise.

Les contingences du soin : la conservation des installations vidéo et médiatiques

La réflexion sur les œuvres d’art ne peut jamais être dissociée de la matérialité. Contrairement aux œuvres d’art traditionnelles, de nombreuses œuvres créées depuis les années 1960 en général, et les installations vidéo en particulier, illustrent la manière dont leur matérialité est variable, c’est-à-dire temporelle et relationnelle. Cette présentation offrira un aperçu des enchevêtrements matériels et conceptuels de plusieurs installations vidéo de Nam June Paik afin de démontrer que le changement dans ces œuvres doit être considéré comme une valeur positive et quelque chose qui définit l’identité de ces œuvres. La conservation offre ici un point d’entrée particulièrement intéressant dans le monde des œuvres d’art changeantes. À travers son objectif, le regard devient la vision, et l’œuvre, une matière active. La conservation, cependant, est tout sauf neutre. Les activités destinées à prolonger la vie d’une œuvre d’art dans le futur affectent également son identité. Toute tentative de perpétuation d’une œuvre d’art la modifie aussi irrévocablement, et toute décision de conservation est subordonnée à des valeurs, cultures et croyances dominantes, ainsi qu’aux conditions politiques, économiques et sociales de son époque. En d’autres termes, il pourrait tout aussi bien en être autrement.